Tout ce que vous devez savoir sur le changement des noms des carburants

Fini le diesel ou le sans-plomb, les carburants changent de nom le 12 octobre (et ce n’est pas si simple)

HARMONISATION – A compter du vendredi 12 octobre, l’étiquetage des carburants va changer. A la place du classique sans-plomb 98 ou du diesel, on trouvera dorénavant des formes, des chiffres et des lettres. Le but : proposer les mêmes sigles partout en Europe.

Il va certainement falloir un peu de temps pour s’adapter. A partir du 12 octobre, l’étiquetage va être quelque peu chamboulé : à la place du diesel, on retrouvera B7 dans un sigle carré, pour le SP 98, ce sera E5 dans un rond. Pourquoi un tel changement ? Ce nouvel étiquetage est le fruit d’une directive européenne datant de 2014. Le but est clair : harmoniser l’affichage dans les stations essence dans toute l’Union pour aider les automobilistes à s’y retrouver quand ils franchissent la frontière. Une règle commune, donc, qui sera également mise en place chez nos voisins norvégiens, islandais et turcs.

Pas de panique, l’ancien étiquetage ne disparaîtra pas tout de suite, mais les distributeurs sont tenus d’afficher les nouveaux sigles sur les pompes de carburant, les pistolets et les système d’affichage des prix. Pour faciliter les choses, les véhicules neufs devront également afficher leur carburant via ce sigle sur les trappes à carburant.

Essence – E – rond

Dans le détail, la forme attribuée à l’essence sera un E dans un cercle. Des chiffres préciseront la teneur maximale en éthanol. En toute logique, l’E5 comprendra jusqu’à 5% d’éthanol et remplacera donc l’actuel sans-plomb 98 et 95, l’E10, 10% (actuel sans-plomb 95 – E10), et l’E85, 85 % (actuel superéthanol).

Diesel – B – carré

Pour le diesel, c’est la lettre B – comme biodiesel – dans un carré qui a été choisie. Comme pour l’essence, le chiffre précise le pourcentage d’un composant majeur, ici le biocomposant : 7% dans le B7. Dans un futur proche, arriveront le B10 avec 10% de biocarburant ainsi que le XTL. Pas de B pour ce dernier car il s’agira d’un diesel de synthèse, qui ne sera pas dérivé du pétrole brut mais fabriqué avec du gaz naturel et des huiles végétales.

Gaz – losange

Enfin les carburants gazeux seront représentés par des losanges. LPG remplacera l’actuel GPL (gaz de pétrole liquéfié), LNG, le gaz naturel liquéfié et GNC, le gaz naturel comprimé.

Source: https://www.lci.fr/automobile/nouveau-nom-carburants-diesel-sans-plomb-date-changement-le-12-octobre-b7-b10-e10-lpg-2100175.html

Comment vérifier le niveau d’usure du pneumatique?

Sculpture du pneu.

La bande de roulement est la seule partie du pneumatique qui assure l’adhérence à la route. Sa hauteur de sculpture est primordiale pour la sécurité de votre véhicule. La profondeur de sculpture reflète la santé du pneu. Conduire avec un pneu usé augmente le risque de crevaison, d’aquaplanage et diminue la capacité à se déplacer en conditions hivernales. Une faible hauteur de sculpture en hiver réduit sévèrement l’adhérence et le contrôle du véhicule. Les automobilistes roulant avec des pneus dont la hauteur de sculpture est inférieure à la limite légale risquent une contravention.

Étape 1 – Accéder à la bande de roulement

La première étape pour vérifier la hauteur de sculpture est d’obtenir un bon angle de vue sur les pneus avant.

– Stationner le véhicule sur une surface plane et régulière.
– Serrer le frein à main.
– Tourner le volant à 45°, vers la droite ou vers la gauche, pour avoir une vision claire du pneu avant de commencer l’inspection du pneu concerné.
C’est un peu plus difficile pour les pneus arrière, mais vous pouvez néanmoins inspecter votre pneumatique visuellement.

Étape 2 – Vérifiez la sculpture

Image sculpture.

Vous pouvez ensuite vérifier la profondeur de sculpture et l’état du pneu. Ne vous fiez pas à vos estimations ! Mesurez la hauteur de sculpture à l’aide d’une jauge de profondeur facile à utiliser. Cela ne prend que quelques minutes.

En France un pneu doit légalement présenter une hauteur de sculpture minimum de 1.6 mm sur toute sa circonférence et sur une bande centrale constituée des trois-quarts de la largeur du pneu.
Il faut toujours vérifier la profondeur de sculpture à différents emplacements.Tous les pneus ont des témoins d’usure dans les rainures principales. Quand le niveau d’usure de la sculpture arrive au même niveau que ce témoin d’usure, le pneu est à la limite légale et doit être remplacé. N’hésitez pas à demander conseil à votre spécialiste pneumatique.

Les différents pneus sur le marché n’offrent pas les mêmes performances entre eux lorsqu’ils sont neufs, et ces différences de performances s’accentuent au fur et à mesure qu’ils s’usent.
Les technologies modernes développées par les équipes de Recherche et Développement Michelin permettent d’offrir des niveaux de performances et d’adhérence élevés sur les pneus neufs, et tout au long de leur durée  de vie jusqu’à la limite d’usure légale.
Dans cette perspective un remplacement prématuré des pneus ne garantit pas un gain de sécurité, augmente le coût de revient de vos pneumatiques ainsi que les conséquences sur l’environnement.

Source: https://www.michelin.fr/pneus/decouvrir-partager/guide-dentretien/sculpture

Eclairage auto, quels sont les points à vérifier?

La qualité des ampoules de dernière génération est aujourd’hui largement supérieure à ce que l’on a pu connaître il y a encore quelques années. Cependant, même avec l’arrivée des feux LED, il est important de vérifier régulièrement l’éclairage de sa voiture.

Outre le fait d’encourir une amende, un éclairage défectueux peut poser des problèmes de sécurité, notamment de nuit ou par temps couvert. De plus, la réglementation en vigueur impose des normes à respecter en matière d’éclairage.

La réglementation en vigueur

L’utilisation et le fonctionnement de l’éclairage d’une auto sont réglementés. Le Code de la route français impose en effet de posséder des feux émettant une lumière jaune ou blanche vers l’avant, et une lumière rouge vers l’arrière. L’utilisation d’ampoules d’une autre couleur, comme on peut le voir souvent à l’avant de certaines autos – veilleuses de couleur bleue ou verte par exemple –, est proscrite.

Sachez que l’absence ou la non-conformité de l’éclairage est passible d’une amende de troisième classe.

Bon à savoir :De nuit ou par visibilité insuffisante, l’immobilisation du véhicule peut être prescrite en cas de contravention aux dispositions du Code de la route.

Les points à vérifier

Malheureusement les ampoules de nos autos ne sont pas éternelles et il faut les remplacer de temps en temps. Il est donc important de vérifier régulièrement l’état de son éclairage, pour éviter d’éventuels désagréments. N’hésitez pas à vous faire assister pour tester le bon fonctionnement de tous les feux ainsi que de la signalisation. Feux de position, de croisement, de route, de recul, de stop, antibrouillards, clignotants.

Actionnez tour à tour chacune des commandes, notamment la pédale de freins pour tester les feux de stop.Pour bien voir et être vu par tous les temps, mais également pour que les usagers puissent anticiper vos manœuvres, l’éclairage et la signalisation doivent être maintenus en parfait état de fonctionnement.

Bon à savoir :Ne négligez pas la propreté de vos optiques, ils contribuent également à la qualité de votre éclairage.

 

 

Remplacez les ampoules défectueuses

En cas de défaillance d’une ampoule, remplacez-la sans tarder. Excepté sur les modèles de toute dernière génération adoptant la technologie LED, cette opération est réalisable par chacun et ne nécessite que très peu d’outillage, que ce soit à l’avant ou à l’arrière. Sachez qu’une ampoule défaillante entraîne souvent la rupture rapide de l’ampoule opposée, suite au transfert d’une intensité de courant plus importante sur cette dernière.

Les ampoules avant son accessibles le plus souvent par le compartiment moteur. Pour les feux arrière, une simple vis permet généralement de démonter le bloc entier et d’accéder aux éléments à remplacer.

Bon à savoir :Mis à part les clignotants et les feux de brouillard, les feux fonctionnent par paire. Il est conseillé de les remplacer également par paire pour éviter le risque de défaillance de l’ampoule la plus ancienne.

Des feux bien réglés

Nos anciens attendaient impatiemment chaque année les campagnes d’éclairage réalisées à l’entrée de l’automne par les forces de l’ordre. Aujourd’hui, ces campagnes ont disparu et le réglage des phares nous incombe désormais. Un phare bien réglé doit éclairer correctement sans éblouir.

Astuce : si les autres usagers vous font régulièrement des appels de phare, de nuit notamment, vos feux sont certainement mal réglés. Un passage chez le garagiste peut s’avérer indispensable, un << régloscope >> étant nécessaire pour aligner parfaitement le faisceau de votre phare.

Bon à savoir :

Si vos feux semblent mal réglés ou alignés, évitez de tenter un réglage aléatoire, vous risquez d’aggraver la situation. La plupart des garagistes sont équipés d’outillage permettant un réglage précis. Si vous avez un garage attitré, n’hésitez pas à lui rendre une petite visite.

Souvent négligés, l’éclairage et la signalisation de la voiture doivent être vérifiés régulièrement et entretenus avec soin. Lorsque les conditions atmosphériques ne sont pas propices, ils sont garants de votre sécurité ainsi que celle des autres. Pensez à les contrôler le plus souvent possible, notamment si vous faites votre entretien vous-mêmes et ne passez que rarement par la case garage.

Bilan

Les points-clés à retenir :

– Vérifiez régulièrement le fonctionnement et le réglage des feux.
– Remplacez les ampoules défaillantes.
– En cas de non-respect des dispositions du Code de la route, une contravention de troisième classe est encourue.

Source: https://www.turbo.fr/entretien/revision/eclairage-quels-sont-les-differents-points-verifier-sur-une-voiture-48434